Marché du colza

Tendance des prix

1 mois
Colza

Colza (prix en €/t)

Récolte: 2018

PlaceCotationVariations
Rouen Rendu 366€/t -4€/t
Bordeaux Rendu 377€/t -5€/t
Moselle Fob 377€/t -5€/t

Analyse quotidienne du 15/08/2018

Contenu réservé aux abonnés PRO

Opération Moisson

Accédez à tout Terre-net sans engagement pendant 3 semaines

Nous vous proposons toutefois l'analyse du 08/08/2018 :

Le colza se stabilise

La graine oléagineuse européenne ralentit sa progression, tandis que la fève américaine de soja continue de grimper face à la dégradation des cultures US.

Les cours du colza commencent à marquer le pas en ce début de mois d’aout, mais le reste du complexe oléagineux reste plutôt bien orienté. Le soja américain a ainsi signé une jolie performance hier soir après que les notations hebdomadaires de l’USDA ont montré une nouvelle dégradation des cultures (- 3 points en une semaine).

À Chicago, sur le rapproché, la fève de soja a significativement augmenté de 11,5 c$/bu à 905 c$/bu, tandis que le tourteau s'est vigoureusement amplifié de 2,70 $/t à 331 $/t. De son côté, l'huile a nettement avancé de 0,26 c$/lb à 28,83 c$/lb. Sur Euronext, le colza à échéance novembre 2018 a poussivement progressé de 0,50 €/t à 383,25 €/t, le contrat à terme février 2019 a péniblement avancé de 0,75 €/t à 381,75 €/t.

Analyse hebdomadaire

Sous pression

Les prix du colza ont subi l'influence négative de leurs marchés directeurs : le soja et le palme. Les fondamentaux de la graine oléagineuse restent cependant porteurs.

Les cours du colza ont connu une semaine nettement baissière. Le secteur oléagineux a en effet été mis sous pression après que l’USDA a révisé de + 7,7 Mt son estimation de récolte US et que le Malaysian Palm Oil Board a annoncé une progression des stocks nationaux de palme malaisien au mois de juillet.

La situation en Europe reste cependant critique. Les disponibilités intérieures sont en effet réduites du fait d’une récolte décevante, tant en France qu’en Allemagne. Les importations d’huile sont pourtant plutôt faibles. Face à ce manque de disponibilités, les prix sur le marché physique de Rotterdam restent fermes, malgré la baisse des cotations à termes.

Les opérateurs surveillent en outre la situation en Australie qui ne manque pas d’inquiéter. Le déficit hydrique continue en effet de se creuser fortement à l’est du pays, ce qui pourrait réduire drastiquement les possibilités d’import de graines riches en huile en deuxième partie de campagne.

Evolutions des cotations

Valeurs remarquables

Autres Cotations

Sur le même sujet