Analyses et cotations du maïs

Tendance des prix

1 mois
Maïs

Maïs (prix en €/t)

PlaceCotationVariation
Bordeaux Rendu 165€/t -2€/t

Récolte: 2018

PlaceCotationVariation
La Pallice Rendu 165€/t -2€/t
Rhin Fob 166€/t -1€/t
Bordeaux Fob 170€/t -3€/t
Pontivy Rendu 178€/t -1€/t

Analyse quotidienne du 19/02/2019

Contenu réservé aux abonnés PRO

Accédez à tout Terre-net sans engagement pendant 7 jours

Nous vous proposons toutefois l'analyse du 12/02/2019 :

Reprise

Le maïs tente de confirmer son petit rebond de vendredi dernier, mais le manque de fondamentaux solides limite le mouvement.

Le maïs a poursuivi son petit mouvement de rebond malgré la contraction du blé et du marché américain. La graine tente en effet de rattraper une partie de ses récentes pertes, mais manque de nouvelles porteuses pour motiver ce mouvement.

Les  importations européennes de maïs sont certes en train de ralentir, mais à 418 kt la semaine dernière, elles restent encore élevées.

Sur Euronext, le maïs à échéance mars 2019 a grossi de 0,50 €/t à 177 €/t, tandis que le contrat à terme juin 2019 est resté bloqué à 179,50 €/t. À Chicago, le rapproché a baissé de 1,25 c$/bu à 388,75 c$/bu.

Analyse hebdomadaire

Chute enrayée

Le maïs européen s'est enfin stabilisé et cherche un nouveau point d'équilibre.

Le maïs européen a enfin réussi à casser sa spirale baissière et semble désormais s’être stabilisé. La graine cherche en effet un nouvel équilibre face à la raréfaction des origines ukrainiennes. Pour le moment, le maïs français est d’ailleurs très compétitif vers le Nord de l’Europe, et, bien que toujours élevé, les imports européens de maïs ukrainien ralentissent.

Le maïs hexagonal retrouve ainsi progressivement des parts de marché, mais la tendance internationale est actuellement sous pression avec l’avancée de la campagne sud-américaine. Face aux excellentes conditions climatiques qui règnent actuellement en Argentine, l’USDA a augmenté de 3,5 Mt son estimation de  production nationale, pour atteindre le niveau record de 46 Mt !

 Le Brésil voit quant à lui son déficit hydrique se résorber avec l’arrivée tardive mais bénéfique de pluies conséquentes. Le Conab a d’ailleurs décidé de légèrement relever son estimation de récolte, à 91,7 Mt (80,7 Mt l’an dernier).

Evolutions des cotations

Valeurs remarquables

Autres Cotations

Sur le même sujet